Les Belles Histoires de Danidouce

Bienvenue sur mon blog

31
juil 2008
Posté dans Contes par danidouce à 5:55 | Pas de réponses »

L'INCROYABLE HISTOIRE DE LUCILE dans Contes dciawns3

Cette histoire, je ne l’ai pas vécue mais on me l’a racontée ….

Celà se passait il y a bien longtemps !!! En ce temps là les petites filles portaient encore de longues robes bordées de dentelle, avec en dessous, des jupons blancs qui gonflaient leur jolie robe.

Lucile avait 5 ans et elle vivait heureuse dans sa famille … il y avait Nicolas son papa, Sophie sa maman, et Lucas son frippon de frère.

Tout aurait pu être merveilleux pour Lucile si ses parents avaient acceptés qu’elle eut un petit chat, elle les aimait tant !!!!

– Il n’en n’est pas question !!!! répondaient Nicolas et Sophie à chaque fois qu’elle demandait si elle pouvait espérer avoir un jour un petit chat.

Dans ces moments là, Lucille ne pouvait empêcher les larmes de déborder de ses yeux!!! et doucement, elle écrasait chacune d’entre elles avec ses petits doigts.

Au fond de son coeur, elle gardait quand même l’espoir d’avoir un jour le petit chat de ses rêves.

Lucas le frippon, son aîné de trois ans, adorait Lucile . Il trouvait qu’elle était aussi gentille que jolie et que ses parents étaient très injustes.

Il avait l’impression que lorsqu’elle entrait dans le salon sombre aux lourdes tentures, que celui-ci s’éclairait, tellement Lucile ressemblait à un rayon de soleil !!!

C’est durant ce fameux jour dont on m’a parlé, que Lucile vécut une aventure incroyable !!!!

Ce fameux jour où pour la quarante deuxième fois elle demanda à ses parents la permission d’avoir le petit chat qui habitait ses rêves !!!!

Leur NON!!!!! fut plus fort que jamais …. et les larmes de Lucile plus grosses encore !!! elle eu des difficultés à les écraser avec ses petits doigts !!!!

Elle en laissa passer une, qui alla s’écraser à ses pieds, machinalement elle la regarda et ouvrit des grands yeux étonnés, lorsqu’elle vit grossir cette larme, qui, petit à petit devenait une boule blanche et noire pour finalement se transformer en un petit chaton ADORABLE.

Miaou… Miaou… fit-il en levant la tête et en regardant Lucile émerveillée.

Malheureusement, juste à ce moment, la porte s’ouvrit sur Nicolas et Sophie.

Lucile eut juste le temps de cacher le chaton sous son jupon blanc…..

Le soir arriva… le dîner s’était bien passé, le chaton était resté bien sage sans miauler, il était presque l’heure d’aller faire dodo quand tout à coup …HORREUR!!! une petite souris grise traversa la pièce, passa sur les pieds de Sophie la maman de Lucile, qui poussa un grand cri.
au Secours !!!! Au secours !!!!!

(je ne vous avais pas dit qu’elle avait une peur bleue des souris)

Sans réfléchir, chaton se lança à la poursuite de la souris, qui effrayée se cacha dans un petit trou…. de souris

Les parents de Sophie s’aperçurent à ce moment là de la présence du petit chat, ils allaient se mettre en colère, mais ils en tombèrent amoureux tant il était mignon, et Sophie la maman permit à Lucile de garder MIAOU c’est comme celà qu’elle avait appelé le chaton.

Lucile Folle de joie, chantait, dansait, riait à ne plus pouvoir s’arrêter … ce qui fit rire tout le monde ….Lucas le Frippon en était tout heureux !!!!

Ah oui ! j’ai oublié de vous dire, que mizoune, (c’est la petite souris) est devenue l’amie de MIAOU, qu’elle restera habiter chez Lucille, mais qu’elle a promis de ne jamais se montrer à Sophie sa gentille maman.

Classement des sites Francophones

31
juil 2008
Posté dans Contes par danidouce à 5:51 | Pas de réponses »

LOLA REVE DE DOUDOU dans Contes ptmf4dad

Il est très tard et exceptionnellement ce soir, Lola est restée et a pris place dans le grand fauteuil du salon, bien droite, certaine de ne pas dormir, elle est là, Fière et heureuse de n’être pas encore couchée car il y a des invités.

Lola a eu cinq ans au mois de juillet, doudou… son doudou a elle… le sien quoi ! a exactement le même âge, ce qui est normal d’ailleurs, puisqu’elle l’a trouvé dans son berceau le jour où elle est née ….ils ne se quittent pas…

« Quand on voit Lola, doudou n’est pas loin… car doudou le p’tit doudou suit Lola partout »

lui chante Baptiste son amour de cousin pour la taquiner.

Baptiste a bientôt sept ans et Lola l’aime presque autant que son Doudou, lorsqu’ils passent des vacances ensemble, il leur arrive de dormir tous les deux dans le même lit, mais Baptiste est gêné par les ronflements de Doudou !!! Ah! j’ai oublié de vous dire, que Doudou, c’est un petit Porcinet…

Lola, assise dans son grand fauteuil, caresse doucement l’oreille de Doudou et sent bien que le marchand de sable ne va pas tarder… Ses paupières commencent à se faire très lourdes pour finalement se fermer sur ses jolis yeux bleus.

Doucement, sans faire de bruit, Doudou sort des bras de Lola pour ne pas la réveiller et saute sur la table au milieu des invités qui n’en croient pas leurs yeux.

« Et tape tape dans tes mains … et tape tape dans mes mains » chante Doudou déchaîné. Il tourne, danse, saute entraînant avec lui les invités heureux de s’amuser enfin.

Qui pouvait s’imaginer qu’un Doudou si sage la journée, pouvait remuer autant la nuit ….

Il se met même debout sur l’aquarium, en équilibre, sur un pied !!! et ce qui devait arriver arrive, Doudou tombe dans l’eau en effrayant les poissons qui se cachent.

Doudou ne sachant pas nager commençe à se noyer!!!! Au secours!!! Au secours!!! Il crie si fort que ses cris réveillent Lola, toute étonnée mais rassurée d’avoir toujours Doudou bien sage, serré contre elle.

Lola réalise qu’elle vient de faire un rêve … le rêve d’un Doudou pas sage du tout.

Elle le sert encore plus fort dans ses bras et lui fait partout des bisous.

Classement des sites Francophones

Copyright

31
juil 2008
Posté dans Contes par danidouce à 5:41 | Pas de réponses »

NICOLAS LE MAGICIEN dans Contes wlxr7zpg


Il n’y avait pas trop de chemin à parcourir pour arriver à la maison du vieux Nicolas, mais la route semblait longue à Lulu il lui semblait qu’il faisait du sur place… Il regarda sa montre et se rendit compte qu’il marchait depuis bientôt trois heures !!!!

Il pensait arriver bien avant !

« Suis-je dans la bonne direction ? se dit-il

Il eut soudain un doute qui se mit à grandir au fur et à mesure de ses pas …

Il était maintenant convaincu qu’il n’avait pas pris le bon chemin.

Que faire maintenant ? la nuit ne tarderait pas à tomber, il était loin de sa maison et retourner alors qu’il ne reconnaissait plus le chemin lui serait difficile. Il sentit qu’il passerait la nuit dehors et à cette idée un frisson lui traversa le corps.

« Je vais continuer d’avancer, je trouverai bien un abri pour la nuit » pensa-t-il tout haut …

Ses pas le menèrent à l’orée d’une forêt qui lui était totalement inconnue.

Il hésita, fit un pas en arrière, puis finalement s’enfonça doucement et avec inquiétude au milieu des grands arbres.

Lulu n’était pas rassuré du tout et il commençait à regretter de ne pas avoir écouté ses parents qui lui avaient déconseillé de sortir aujourd’hui.

« Le temps est incertain ! lui avait dit son père, et tu sais que dans la région les orages sont terribles ! avait ajouté sa mère.

Lulu se trouvait plus malin que les autres, et il avait envie d’aller voir le vieux Nicolas pour l’entendre lui raconter les histoires de son Ukraine Natale, comme il savait si bien le faire.

Nicolas, était un vieil homme à grosses moustaches aux petits yeux qui avaient été témoins de beaucoup de malheurs dans son pays lointain … on le disait magicien.

Il avait fuit l’Ukraine et avait trouvé refuge dans une ferme que Lulu connaissait bien, puisqu’il y passait ses jours de vacances avec Denis son ami et complice de toujours.

Les arbres commencèrent à s’agiter… Bien vite, le ciel se fit plus sombre,et des grosses gouttes tombèrent doucement … puis abondamment.

Lulu eut le temps de courir s’abriter sous une ancienne cabane délabrée, le ciel grondait et les éclairs blancs donnaient à la forêt un air effrayant !

Lulu dans cet effroyable vacarme se sentait seul au monde… il avait beau enfouir sa tête entre ses bras, fermer les yeux et se boucher les oreilles cela ne servait à rien !

Un bruit plus fort que les autres retentit, et une boule de feu embrasa l’arbre qui se tenait juste devant lui. Les longues flammes dévoraient les branches qui ne résistaient pas aux flammes et qui tombaient une à une propageant le feu aux herbes et aux arbustes.

Lulu se sentait perdu, encerclé par le feu il ne voyait aucune issue possible.

Il reculait, les flammes avançaient… papa ! maman ! je ne veux pas mourir !

N’ayant plus rien à perdre il se mit à courir, il lui semblait qu’il volait, il allait de plus en plus vite, les flammes s’éloignaient … ses pieds ne touchaient plus terre quelqu’un le maintenait hors de portée des flammes, elles étaient en bas … tout en bas ….

Il volait dans les airs tel un oiseau, il se sentait des pouvoirs magiques, passant au dessus des arbres en feu, il dit bien haut : Flammes ! disparaissez !!! et les flammes disparurent!

Nicolas le maintenait d’une main et Lulu trouvait cela normal, ne s’étonnait pas …. Les moustaches de Nicolas volaient au vent, et ses petits yeux ne reflétaient plus les malheurs passés mais un bonheur indescriptible.

Nicolas le magicien était venu de son Ukraine pour transmettre à Lulu ses pouvoirs, inconsciemment, lulu l’avait compris et c’était la vraie raison de son bien-être au contact de Nicolas.

Lulu se laissait porter …

Nul ne sait vraiment le temps qu’ils mirent pour regagner la maison de Lulu, dans les airs, le temps ne compte pas.

Curieusement, Lulu se retrouva chez lui, prêt à sortir …. son papa lui disant : « Le temps est incertain ! sa maman ajoutant : » et tu sais que dans la région, les orages son terribles … Une situation de déjà vu !

Lulu compris alors le message que Nicolas lui envoyait …

Ce message est celui-ci :

« Ne pas écouter tes parents peut quelquefois mener à ta perte … car il n’y a pas toujours un Nicolas Magicien auprès de toi.

Danidouce

Classement des sites Francophones

31
juil 2008
Posté dans Nouvelles par danidouce à 5:37 | Pas de réponses »

 

EN SOUVENIR DE JEAN dans Nouvelles s9xmoh6a

Nez-Gris, le petit âne allait bon train ce matin là … qui aurait pu penser qu’un petit âne pouvait être si fier d’avancer au son du grincement monotone de la carriole qu’il tirait. Clip Clap Clip Clap chantaient ses sabots sur la route .

Assises dans la carriole, Marie Gé et la jolie petite Ginette, que l’on surnommait Gigi se laissaient mener, sans même guider Nez-Gris qui connaissait parfaitement le chemin conduisant au marché de Saint-Germain.

Marie Gé, toute de noir vêtue sentait bon le gâteau à la vanille , son sourire et son apparente joie de vivre contrastaient avec la couleur de ses vêtements et la douleur qui lui brûlait le coeur.

La vie s’était montré cruelle et injuste en lui reprenant l’amour qu’elle avait mis si longtemps à trouver et du même coup l’espoir d’être un jour maman.

GIGI l’écoutait lui parler de Jean :

Il était le frère de sa meilleure amie . Marie Gé entendait souvent Paula en parler, il vivait très loin, en Amérique du Nord.

Si elle ne le connaissait pas , elle pensait à lui secrètement et elle nourrissait l’espoir de le rencontrer un jour.

Les années passaient et une petite voix en elle lui faisait refuser les propositions à danser des garçons du village.

A la veille de ses 30 ans Paula l’invita à fêter l’évènement et la fit venir chez elle.

Dès qu’elle entra dans la maison elle le reconnut … il était là, grand, ses larges épaules se dessinaient sous sa chemise de trappeur ce qui donna immédiatement à Marie Gé l’envie d’y poser sa tête… elle chassa très vite cette image de peur qu’il ne la devina.

« Je te présente Jean, mon frère qui est de retour …
Il s’approcha d’elle la main tendue.

Timidement elle lui tendit la sienne et eu un frisson lorsqu’il lui prit . Ce premier contact la troubla infiniment.

A plusieurs reprises, durant la soirée, elle surprit son regard envoutant sur elle, et n’osait plus lever les yeux dans sa direction. Elle aurait parlé des heures de son Jean, de leur amour né de cette rencontre, et de ce jour merveilleux où elle était devenue sa femme….

Comme d’habitude, Gigi l’écoutait et percevait l’émotion qui l’étreignait …le sachant, Marie Gé chassait ses souvenirs et prenait les deux mains de Gigi en lui disant :

« tu es là toi , tu sais me comprendre et tu me fais du bien, ta seule présence me réconforte et pour toi j’aime la vie …

Gigi était une adolescente secrète autant que l’étaient ses passions.

A l’heure où les autres filles de son âge parlent chiffon et garçon elle rêvait en silence d’un grand piano blanc ….

Son oreille de mélomane, reconnaissait chaque son, aussi c’est toute seule qu’elle s’était initiée à ce bel instrument qui trônait chez Marie-Gé, un souvenir de Jean ….

Il lui fallut moins de deux ans pour jouer parfaitement et composer des mélodies qu’elle gardait pour elle, non pas qu’elle fut égoïste, mais elle craignait que l’on se moqua d’elle.
C’est tout naturellement qu’un soir elle composa cette magnifique mélodie qu’elle désigna « en souvenir de Jean »
cadeau qu’elle dédia à Marie-Gé.

Le soir où Gigi s’assit au piano et commença à jouer pour Marie-Gé, la douce musique nouvellement composée le coeur de celle-ci s’emplit de joie… les doigts qui jouaient étaient ceux de Jean, de son Jean … Gigi avait ce don de la transporter, Marie-Gé était certaine que Jean était là et qu’il guidait Gigi.

Je ne saurais vous dire comment la nouvelle se propagea , Gigi fut sollicitée pour jouer devant un vrai public . Elle refusa cette offre.

******

A l’approche du Petit Bois de Saint Loup, Nez-Gris ralentit son pas ; ils arriveraient bientôt à Saint Germain .

A l’entrée du bourg leur arrivée fut remarquée, comme toutes les autres fois.

Elles entendaient sur leur passage :

« C’est la petite Gigi ! vous savez, celle qui joue si bien du piano !!! c’est une véritable artiste cette petite !

Gigi avait un sourire et un mot gentil pour chacun, et tout le monde pensait qu’elle irait loin et que l’on entendrait un jour parler d’elle.

Elles descendirent de la carriole, attachèrent Nez-Gris à l’anneau et se dirigèrent dans les allées.

Il y avait beaucoup de monde sur le marché en cette période. Elles décidèrent de s’attabler pour boire une orangeade à la terrasse du « Lion D’Or », elles n’étaient pas assises depuis 5 minutes, qu’elles virent s’avancer vers elle un couple qui n’avait pas du tout le genre des gens de par ici. C’est du moins ce que pensa Gigi. Ils avançaient vers elles avec un large sourire, l’homme enleva son chapeau en s’adressant à Marie-Gé.

« Mes hommages madame
« Bonjour Monsieur
« Cette jeune demoiselle est sans doute votre fille, dit-il en désignant Gigi
« Non mais c’est tout comme …
« Vous me permettrez peut-être de lui faire une proposition ?
« Si elle le désire … oui répondit Marie-Gé en regardant Gigi qui acquiesça .

Je me présente : Louis Dutour, Directeur de la Salle qui porte mon nom , je n’ai pas l’intention de tergiverser, j’irai donc droit au but, accepteriez-vous de passer une audition avec plusieurs autres jeunes artistes, afin de vous produire éventuellement dans ma salle.

Devant le regard de Marie-Gé, Gigi ne put refuser ; c’est ainsi que le samedi suivant elle se trouvait devant son piano jouant …. » En souvenir de Jean »

Le choix du Jury fut immédiatement en sa faveur il était rare d’auditionner quelqu’un possédant autant de talent.

Les jours et les semaines qui suivirent ne furent pas des plus agréables pour Gigi, prise dans un tourbillon, tout allait trop vite pour elle.

Le soir de sa prestation arriva, et, elle se retrouva sur une scène devant un trou noir d’où elle entendait et devinait la présence des spectateurs impatients.

Dès la première Note le silence se fit, les doigts de Ginette effleuraient les touches avec une rare agilité. Des sons merveilleux en sortaient, les sons de sa mélodie … En souvenir de Jean ….

Gigi n’était pas consciente du temps qui s’était écoulé … la lumière jaillit et la salle, emplie de monde apparut.

Les spectateurs debout fredonnaient tous ensemble la belle mélodie … En souvenir de Jean …

Puis ce fut des applaudissement à tout rompre, à la demande de son public la petite Ginette s’assit pour la seconde fois à son piano pour jouer sa mélodie.

Les applaudissements étaient tels qu’ils étaient entendus au bout de la rue.

Personne ne s’était moqué d’elle, au contraire on la redemandait encore et encore !!!

Ginette envoya un baiser à Marie-Gé qui ne l’avait pas quittée des yeux…elle eut une pensée pour Jean que la maladie avait emporté si tôt elle le remercia du fond de son coeur, c’est à ce moment qu’elle sentit une main lui étreindre l’épaule doucement …..
Marie-Gé tressaillit et ses yeux s’illuminèrent, Ginette n’était pas seule à sentir la présence de Jean….

Classement des sites Francophones

31
juil 2008
Posté dans Contes par danidouce à 2:29 | Pas de réponses »
 
 
 
LA TRAVERSE DES CROCS POINTUS dans Contes 0acr10

 

 

 

Au Fond de la Traverse des Crocs Pointus, se dessinait la sinistre maison de Mégeria la Sorcière. Personne ne s’en approchait car tout le monde tremblait à l’idée d’ être aperçu par cette horrible femme.

Quelques années auparavant, la maison de Mégeria la Sorcière était pourtant fréquentée régulièrement par une foule de petits enfants venus de tous les horizons. Ils venaient y faire des fêtes et adoraient s’abreuver à l’eau magique de la fontaine qui leur promettait le bonheur et la joie. Mégane, que tous ses amis surnommaient Méganou la Poète aimait voir ses amis se régaler et se rafraîchir de cette eau si miraculeuse… aussi était-elle adorée de tous ses amis… Malheureusement, Mégane si gentille et si jolie avait pour cousine Mégeria, qui dès son jeune âge se montrait déja très méchante et devint bien plus méchante encore à la naissance de Mégane. Les parents de Mégane avait adopté Mégeria alors qu’elle était encore petite car ses parents avaient disparus subitement, le jour de ses 7 ans et n’étaient jamais réapparus…. Depuis ce jour, Mégeria était considérée comme la fille de la famille, et plus tard, comme la grande soeur de Mégane.

 

La jalousie de Mégeria vis-à-vis de Mégane, augmentait de jour en jour, les années passaient sans que Mégane s’aperçoive de la méchanceté de Mégeria. Il faut dire que Mégane passait beaucoup de temps à écrire de jolis poèmes et ne voyait que les belles choses de la vie, ignorant que de vilains complots se tramaient dans la cervelle dérangée de Mégéria….

mais laissez moi vous raconter ….

La Traverse des Crocs pointus s’appellait alors, le chemin des Mille Pensées ce qui laissait à chacun et à chacune le loisir d’avoir les pensées qu’il voulait… c’était d’ailleurs de très jolies pensées, car il ne pouvait en être autrement lorsque l’on rendait visite à Mégane.

Mégane avait pour habitude d’offrir de jolis poèmes à ceux qu’elle aimait c’était donc toujours avec joie que ses amis se rendaient chez elle les bras chargés de fleurs.

Tout le monde était heureux jusqu’à ce fameux jour … celui de l’anniversaire de Mégane, elle fêtait ses 13 ans …

Tous ces amis venaient d’entrer dans le Chemin des Mille Pensées pour venir fêter l’anniversaire de Méganou la Poétesse.

Lorsqu’ils arrivèrent à la porte, ce fut Mégeria qui les reçus , elle eut un ricannement en leur annonçant la disparition de Mégane… devant les questions que lui posaient tous les amis de Mégane elle entra brusquement dans une colère noire, leur ordonna de partir de ne jamais revenir sous peine d’être changés en crapauds… était-ce une coïncidence ? à ce moment là, ils virent un crapaud sauter par la fenêtre et se cacher sous une feuille d’arbre tombée au sol.

Ils prirent la menace au sérieux et disparurent pris de panique…

Seule désormais, Mégeria perfectionna ses dons de sorcière, changea le nom de la rue et l’aspect trop accueillant de la maison … elle ricannait à l’idée que la maison lui appartenait désormais et que tout le monde avait gobé l’histoire de la disparition de ses parents, de son oncle et de sa tante qui avaient eu la faiblesse de l’adopter, et maintenant celle de Mégane … hé..hé..hé..!!! ricannait-elle laide de méchanceté.

La méchante Mégeria fit en sorte que plus personne ne s’approche de sa maison, et concocta une mixture qu’elle fit couler dans l’eau de la fontaine afin qu’elle devienne imbuvable. Ainsi, elle était certaine qu’aucun visiteur ne s’approcherait de sa maison.
Quelques temps après, pour se protéger du soleil, Mégeria fit recouvrir toutes ses fenêtres d’épais draps noirs. Le soleil lui donnait trop de chaleur et elle craignait qu’il ne lui réchauffe le coeur. Son coeur qui était déjà si froid se refroidit de jour en jour, jusqu’à devenir un glaçon …. mais elle se sentait bien ainsi, elle était très fière et très heureuse d’avoir un glaçon à la place du coeur …

Les beaux jours arrivèrent, et bientôt l’été se montra avec son ami le soleil qui brillait et chauffait autant qu’il le pouvait.

Ce fut cet été là que Mégeria lasse de ne plus voir personne à qui faire des misères souleva un coin de la couverture qui couvrait ses carreaux, et, ne laissant passer qu’un oeil, elle le tourna de droite et de gauche et bien sûr, n’aperçut personne …. car aucun habitant du quartier ne se risquerait à aller dans la Traverse des Crocs pointus …

Décue et heureuse à la fois d’être crainte de cette façon là, elle se décida à sortir : elle mit un pied dehors, puis l’autre, et s’aventura d’avantage en prenant soin de bien marcher à l’ombre.

Elle sortit de la Traverse des Crocs Pointus et se retrouva dans une rue emplie de monde qui riait et admirait les vitrines, elle se fondit dans la foule et ne fut remarquée de personne.

Prise dans ce tourbillon de vitrines (on peut être sorcière, on aime quand même les frivolités) elle entra dans une boutique pour s’acheter un collier, puis une bague …ce fut alors qu’elle remarqua la luminosité de sa bague mais trouva cela à peu près normal.

Jugeant qu’elle avait suffisemment vu de monde elle décida de rentrer chez elle .

Elle n’avait cesse d’admirer sa bague qui scintillait de mille feux … son collier la gênait un peu car elle le trouvait trop chaud, Mégeria détestait la chaleur sous toutes ses formes, chaleur du temps, chaleur humaine, chaleur de l’âtre … elle n’était que froideur !

Elle pressait le pas pour arriver très vite dans sa traverse des crocs pointus où tout était si froid, car elle sentait son glaçon de coeur fondre de plus en plus.

Elle entra très vite dans sa demeure et fut effrayée de constater que les draps des fenêtres étaient restés levés et que le soleil était venu chauffer la maison, elle sentit son coeur fondre.. fondre… et finalement se mettre à battre comme tout coeur normal.

A mesure que son coeur fondait des sentiments nouveaux naissaient en elle, plus elle se réchauffait plus elle sentait monter en elle un sentiment inconnu jusquà ce jour… serait-ce ce que l’on appelle la chaleur humaine ? celle venant du coeur ?

Les minutes défilaient et au rythme de ce temps qui passait, les traits de son visages devenaient plus réguliers, les rides de méchanceté faisaient place à une peau soyeuse et douce autant que l’était le visage de Mégane.

Mégéria pensa tout à coup à ses parents, son oncle, sa tante et à Mégane…. elle courut derrière la maison là où se cachait une famille de crapauds et grenouilles

prononça une formule magique : « de toutes les brindilles dont on fait le feu ! je vous ordonne de reprendre forme !!! » elle lança une poudre étincellante et aussitôt 5 personnes apparurent et se jetèrent dans les bras les unes des autres.

Les parents de Mégéria comprirent que leur fille avait été ensorcellée et lui pardonnèrent de les avoir fait disparaître, les parents de Mégane sérrèrent très fort leur petite fille dans leur bras et lui présentèrent Noam son pétit frère qu’elle ne connaissait pas encore.

Mégéria pleura des larmes de diamant qui rendirent très riches sa famille entière et implora le pardon de Mégane, chose que la gentille poétesse fit immédiatement….

Il paraitrait, que la Traverse des Crocs Pointus est appelée à nouveau la Rues des Mille Pensées où l’on voit des milliers d’enfants heureux chanter et danser devant la maison qui est redevenue très jolie….

La moralité de cette histoire, tu as du le deviner Mégane pour qui j’écris aujourd’hui … et bien cette moralité, est que la gentillesse et la bonté rendent beau, et que la méchanceté et l’égoïsme rendent laid.

 


Danidouce

 

Classement des sites Francophones

18
fév 2009
Posté dans Non classé par danidouce à 9:46 | Pas de réponses »

LES CHANSONS QUE J'ECRIS large_04

10
août 2008
Posté dans Contes par danidouce à 2:29 | Pas de réponses »

 

 

LAURA ROSE MAGIQUE dans Contes 37vvid4a

 

 

 

 

ll était une fois, dans le petit jardin, d’un pays enchanté, une rose aux pouvoirs magiques qui avait pour joli nom Laura.Son parfum était délicieux mais Laura la petite rose pensait qu’on ne la remarquait pas … Autour d’elle, les autres fleurs redressaient la tête , se pliaient au vent et se croyaient les plus belles des fleurs du jardin. Laura, beaucoup trop timide et discrète, n’osait lever la tête. Mais cela lui donnait un air romantique que chaque oiseau appréciait, à chaque fois qu’ils passaient près d’elle leurs chants se faisaient plus doux. Un soir où Laura se sentait un peu plus triste que les autres soirs, parce qu’elle se sentait seule et inutile, elle sentit un frôlement qui faillit la faire tomber… elle ferma les yeux tant elle était effrayée…Quand elle les rouvrit, elle vit une toute petite forme qu’elle prit tout d’abord pour un papillon.- Qui es-tu ? interrogea Laura- je suis une fée ma petite Laura …
- Mais … mais.. tu connais mon nom ? bredouilla Laura
- Oui, toutes les fées connaissent ton nom, petite Laura
- Tu es une fée ? une vraie fée ? une vraie de vraie ?
- Mais oui répondit-elle en secouant ses petites ailes scintillantes
- Je n’avais jamais vu de fée avant toi murmura Laura.
- Comment t’appelles-tu ? demanda-t-elle à la petite fée
- On m’appelle la fée Facette
- Qu’est-tu venue faire dans mon jardin ?
- C’est ton parfum délicieux, petite Laura qui m’a conduit jusqu’à toi,
- Dis moi, Fée Facette, tu me dis que toutes les fées connaissent mon nom, mais je ne les connais pas moi, pourquoi me connaissent-elles ?
- Elles te connaissent Laura, et de plus elles t’aiment …

- Elles m’aiment ? Mais pourquoi ? je suis petite, discrète et timide, je pensais que personne ne me remarquait ..
- Tu as aux yeux des nôtres, un atout important ! tu n’es pas une rose ordinaire . Tu es unique Laura, aucune rose ne te ressemble et tu ne ressembles à aucune autre.
- Si tu n’existais nous serions obligés de t’inventer, tu es une véritable oeuvre d’art.
- Laura demanda pourquoi …
- Parcequ’il y a une chose que tu ignores, petite Laura, cette chose est que tes pouvoirs sont magiques et je vais te le prouver :
-Vois-tu ce petit oiseau tombé du nid ? s’il ne retrouve pas sa maman, il va certainement mourir, tu es la seule à pouvoir le sauver.
- Mais comment ? demanda Laura
- Simplement en le regardant et en pensant très fort à lui.
Laura la petite rose, redressa la tête et regarda le pauvre petit oiseau qui se débattait au sol, elle pensa très fort qu’il fallait qu’il retourne dans son nid.
Sa pensée à peine terminée, le petit oiseau se retrouva dans son nid et se mit à chanter.
Laura était toute étonnée de ce don qu’elle ignorait.
Dorénavant tu seras la Rose du Bonheur, tu seras chargée de trouver des âmes en peine pour leur faire retrouver le sourire et la joie de vivre.
Laura était interloquée.
- Mais je ne suis peut-être pas assez douée ?
- Ca, c’est ce que tu t’imagines. Moi je sais ce dont tu es capable, ne te cache plus, lève la tête.
Laura se souvint qu’elle avait vu un enfant pleurer l’autre jour.
Elle sut à ce moment là qu’elle ferait tout pour lui rendre le sourire. Puis elle s’aperçut que la Fée Facette avait disparu
- Où es-tu Facette où es-tu ?
- Tu ne me vois plus, mais je serai toujours près de toi, Laura.
Laura, se mit à rosir et rosir pour devenir une rose aux mille couleurs de velours.
Vous qui me lisez, sachez que dans chaque jardin existe une rose magique, sa couleurs est différente des autres, son parfum embaume comme ce n’est pas possible ….vous remarquerez des paillettes d’or au creux de chaque pétale, ne la cueillez pas, murmurez simplement « Merci Laura d’être là » et en prêtant l’oreille vous entendrez peut-être le bruit d’un baiser.

Classement des sites Francophones

31
juil 2008
Posté dans Nouvelles par danidouce à 5:45 | Pas de réponses »

 

 

UNE BELLE JOURNEE dans Nouvelles 9k0jw05o

 

écrit pour l’anniversaire de Maëllys la fille de Cathy une amie du net

 

Aujourd’hui n’est pas un jour comme les autres pour Maëllys , le Calendrier affiche « mercredi 5 décembre 2008″ jour extrêmement important puisqu’il y a tout juste 10 ans qu’elle a ouvert ses jolis yeux sur un monde qui, sans elle n’aurait pas été ce qu’il est.

A peine réveillée elle pose un pied par terre et se lève en trombe pour courir donner le baiser du matin à Cathy sa maman qui, dans la cuisine, près de la fenêtre, ne l’a pas entendue arriver.

Maëllys aime l’observer quand elle est comme cela, pensive, regardant au loin, sa tasse de café chaud serrée entre ses deux mains … elle se dit qu’elle a beaucoup de chance d’avoir cette maman là…

Doucement, sur la pointe des pieds, Maëllys avance et arrive tout près de Cathy pour se blottir dans ses bras et lui faire un gros câlin, comme lorsqu’elle était toute petite.

Jordan son frère, dort encore, c’est un lève tard comme le sont souvent les garçons, son anniversaire sera dans quelques jours, aussi ont-ils décidé de le fêter ensemble tous amis confondus.

Cathy a acheté pour l’occasion quelques lampions et guirlandes pour décorer la maison. Maëllys est la Reine de la Déco, c’est bien volontiers que Jordan lui laisse le privilège d’agrémenter les murs et les plafonds de toutes ces petites choses qui feront la joie des
petits amis qui viendront aujourd’hui.

Maëllys et Jordan n’ont pas encore vu leur gâteau d’anniversaire, chaque année c’est la surprise ! comment sera-t-il ? Ils sont confiants car ils savent bien qu’ils ne seront pas déçus.

Les invités commencent à arriver, il y a d’abord Lucie, Aude et Aurélie qui aident Maëllys à accrocher les derniers lampions, puis bien vite les autres arrivent.

La fête bat bien vite son plein et la joie est là, chacun attend impatiemment le gâteau…
Une clochette retentit annonçant le fameux gâteau, très vite le silence se fait.

La double porte de la salle à manger s’ouvre sur un charriot portant le gâteau qui, cette année est bien plus gros que d’habitude… des sons étranges se font entendre, ils semblent venir de l’intérieur du gâteau. Chacun prête l’oreille car tout le monde entend ces bruits…

Maëllys et Jordan s’approchent très près pour mieux entendre et remarquent une sorte de couvercle au sommet du gâteau.

Ensemble ils le soulèvent et …. devinez ce qu’ils découvrent ? vous avez deviné ?

Et bien je vais vous le dire :

A l’intérieur du gâteau (qui n’est pas un vrai gâteau) se cache un amour de petit chien, tout blanc!! celui dont ils rêvaient.

Heureux de connaître enfin ses petits maîtres, il se laisse porter et caresser tout en faisant des petites lèchouilles à droite et à gauche, à qui voudra bien présenter sa frimousse.

Je crois que cette journée est réellement la plus belle qu’aient vécu Jordan et Maëllys.

La joie qu’ils montrent font qu’une douce larme coule des yeux de Cathy qui aime par dessus tout voir ses deux enfants heureux.

 

Classement des sites Francophones

31
juil 2008
Posté dans Contes par danidouce à 5:25 | Pas de réponses »
Sujet: BAPTISTE ET LE QUAD MAGIQUE dans Contes default12Jeu 31 Juil 2008 – 15:19
juille10 dans Contes

Baptiste est passionné par beaucoup de choses et il est très imaginatif… c’est un petit garçon moderne, il aime les ordinateurs, les motos, les bicyclettes, il connait les marques de toutes les voitures … c’est vraiment un garçon éveillé et génial .

Ce dont il rêve par dessus tout, c’est de voler mais il sait que ce n’est pas possible, alors il aimerait aussi monter sur un quad.

Pour lui faire plaisir, son papa l’emmène sur le circuit réservé spécialement aux Quads pour garçon de sept ans, car j’ai oublié de vous dire, que
Baptiste n’a que sept ans.

A peine arrivé, il monte sur l’engin .

« pas besoin de me montrer ! s’écrie-t-il je sais comment ça marche !!!

Vroum… vroum… vroum… le quad a un peu de mal à démarrer mais tout à coup il part en trombe emmenant avec lui Baptiste ravi d’aller aussi vite.

devant les yeux effarés de ses parents et des gens qui l’entourent, Baptiste et son quad, en sont à leur troisième tour de piste !!!!

Le quad va de plus en plus vite, et c’est dans un tourbillon qu’il s’élève vers le ciel !!!

Baptiste ne peut mesurer sa joie ! il révait de voler, son voeu est exaucé.

Arrivé tout en haut, le quad s’arrête enfin sur un nuage bleu.

Baptiste regarde vers le bas, et aperçoit de minuscules points noirs qui doivent être les maisons qui entourent le circuit des quads.

Du ciel tout est plus beau se dit-il ! il est bien sur son nuage, il est si bien qu’il finit par s’endormir.

Il se sent bercé par une brise légère et par une douce musique.

Les yeux à demi fermés, il croit apercevoir une fée qui lui fait signe de la main.

Poussé par la Brise légère, le nuage poursuit son chemin emportant avec lui Baptiste et son quad, la fraîcheur commence à se faire sentir, puis le froid arrive très vite, curieusement Baptiste ne ressent pas ce froid, une couverture de laine, est mystérieusement venue se poser sur lui et l’envelopper de sa chaleur.

Rien n’étonne Baptiste !!!

Puis, très vite il arrive près d’une grande maison où flambe un feu de bois d’où se dégage une odeur délicieuse…

Le nuage parait connaître cette maison et entre sans frapper entraînant Baptiste avec lui.

Baptiste , qui d’ordinaire n’est jamais étonné, ouvre ses yeux bien grands car il se trouve en un lieu qu’il a déjà vu dans les contes de Noël.

Il est dans la maison du Père Noël, qui , entendant du bruit vient juste d’apparaître.

Son large sourire et la douceur de sa voix enchantent Baptiste, qui regrette de ne pas avoir emmené Lola avec lui, dans cette belle aventure.

Très gentiment, le Père Noël prend la main de Baptiste pour l’emmener visiter son atelier immense où travaillent cinquante lutins. Ils sont occupés à confectionner les paquets cadeau qui doivent dès demain descendre dans les cheminées.

Père Noël l’emmène ensuite dans une salle lumineuse emplie de boîtes de bonbons et de gâteaux ainsi que d’autres cadeaux.

-Vois-tu petit Baptiste, lui dit-il ! ces bonbons , gâteaux et cadeaux sont destinés
aux petits enfants dont les parents ne sont plus là pour les aider à écrire leur lettre au père Noël. D’ici, je suis très bien placé et je sais qu’il m’est impossible d’oublier un seul petit enfant. Tous les enfants recevront ma visite.

– d’ailleurs, Baptiste, si tu le veux, demain soir jour où je descend dans les cheminées, je te propose de m’accompagner dans toutes mes visites … le veux-tu ?

Fou de joie, Baptiste accepte immédiatement.

Le Grand soir arrive et Baptiste parcourt les distances de pays en pays, de ville en ville avec beaucoup d’émerveillement et de plaisir.

Il arrive enfin à sa maison où tout le monde l’attend. Les applaudissements de joie l’ennivrent de bonheur, toute sa famille est là, car le père noël avait prévenu chacun de son arrivée.

A peine le pied posé sur le sol, Baptiste court au devant de Lola pour lui raconter cette belle aventure du Quad Magique.

Classement des sites Francophones

31
juil 2008
Posté dans Contes par danidouce à 5:14 | Pas de réponses »

ALEXIA OU LE BONHEUR RETROUVE dans Contes 5p5rw8wx


Toutes les petites filles sont des fées, mais elles ne le savent pas. Certains évènements de la vie leur dévoilent ce fabuleux secret … mais parfois ce secret reste enfoui, sans jamais se dévoiler.

L’histoire que je vais vous conter est la preuve évidente qu’avec de l’amour, des miracles peuvent se produire.

En cette veille de Noël, Alexia a entraîné mamie Gi, dans le grand magasin où l’on vend de tout … de l’alimentation, des livres, des vêtements et des jouets.

Alexia aime particulièrement ce magasin, elle peut, autant qu’elle le désire flâner dans les rayons pour feuilleter les livres sur les animaux qu’elle affectionne, les panda la font beaucoup rire :

« Mamie Gi! Mamie Gi ! ne croirait-on pas qu’ils ont pris un coup sur chaque oeil !!!! s’exclame-t-elle en sautant et en mimant un match de boxe . Ils sont trop mignons !!!!
plus loin, c’est la girafe qui l’intrigue avec son long cou !

 » pratique ! dit-elle moqueuse en regardant sa mamie, au moins elle, n’a pas besoin de se mettre sur la pointe des pieds pour attraper la farine !!!

« Attends un peu toi ! si tu continues à me taquiner, je ne ferai même plus l’effort de me mettre sur la pointe des pieds , comme cela tu ne feras plus de gâteaux avec moi !

« oh si ! tu sais bien que j’adore faire les gâteaux avec toi !!!

Tout en plaisantant, Alexia a remarqué un tout petit garçon aux grands yeux tristes errant au milieu des jouets, il paraît être seul, il tient entre ses bras un nounours jaune, le serrant fort contre lui le couvrant de baisers il lui caresse la tête.

Alexia, intriguée se met à surveiller du coin de l’oeil le manège de ce petit garçon au nounours jaune.

Elle le voit porter sa petite main à sa poche pour en sortir trois pièces de monnaie . Il se dirige vers la caisse et pose ses 3 pièces devant la caissière.

Lui prenant le nounours gentiment, elle lui rend ses pièces et lui demande ce qu’un petit garçon de son âge fait tout seul dans un magasin de jouets.

Le petit garçon, qui ne doit pas avoir plus de 4ans, regarde autour de lui, et ses yeux, emplis de larmes se posent sur Alexia, semblant l’appeler au secours.

Avant même de comprendre , Alexia se trouve devant la caisse et crie: « C’est mon petit frère ! il est avec nous, je vous paye le nounours, combien coûte-t-il ?
tendant immédiatement le billet de 20 euros que Mamie Gi lui a offert le matin.

Le petit garçon étonné lève ses grands yeux vers Alexia qui lui tend le nounours, il le prend et le serre très fort contre lui glissant sa petite main dans celle d’Alexia, il dit tout bas :

« c’est pour ma petite soeur…

Ils sortent du magasin tous les trois, l’émotion d’Alexia gagne peu à peu Mamie Gi, comment t’appelles-tu ? lui demande-t-elle

David répond-il de sa petite voix.

« Saurais-tu me dire où est ta maison? demande mamie Gi à David ; elle sent que rester silencieuse lui fait monter les larmes aux yeux, et elle ne veut pas pleurer. Alexia maîtrise son émotion, elle doit faire la même chose.

David secoue la tête en guise de OUI et pointe son petit doigt en direction du château d’eau qui n’est pas très éloigné du magasin.

Une impasse les mène sur le seuil d’ une maison modeste mais coquette.

David soulève ses talons et ouvre la porte qui n’est pas fermée à clé.

En entrant, Alexia aperçoit tout de suite au fond de la pièce, la jeune femme sur son fauteuil roulant.

où étais-tu donc passé David?

La voix est douce, sans la moindre intonation de reproche …

Sans attendre la réponse, le regard de la jeune femme se pose sur Alexia… elle approche doucement son fauteuil , et, ne quittant pas Alexia du regard lui prend les mains et lui dit :

 » que tu es belle! je devine tant de douceur et de bonté en toi … Ce sont les bonnes fées qui ont du te mettre sur le chemin de David .

Qui es-tu ? comment t’appelles-tu ?

Je suis Alexia, et voici ma mamie dit-elle

« vous êtes la maman de David ?

Oui, il n’a plus que moi au monde

Soudain, la voix de David retentit pour la première fois.

Maman ! papa reviendra et ma petite soeur aussi ! D’ailleurs j’ai trouvé le nounours qu’elle voulait, elle l’aura dès qu’elle se réveillera.

La maman baisse les yeux et étouffe un sanglot

Alexia sent fondre son coeur, mais soudain une grande chaleur envahit ses veines, elle sent monter en elle un amour indescriptible pour ce petit garçon si malheureux d’avoir perdu ceux qu’il aimait.

Une force invisible guide Alexia qui ferme les yeux Cette force lui fait dire une formule inconnue jusqu’alors pour elle.

REVENEZ TOUS LES DEUX
RENDEZ DAVID HEUREUX
C’EST MON VOEU…JE LE VEUX

Que se passa-t-il à ce moment précis ?

La pièce s’illumina de mille feux, des musiques se firent entendre, puis, dans un bouquet d’étoiles apparut un homme jeune portant une toute petite fille dans ses bras qui riait aux éclats en apercevant David et le nounours qu’il lui tendait.

Le papa posa a terre la petite fille qui se dirigea d’un pas mal assuré auprès de David, Il prit la main de sa femme, la fit se lever, puis la fit danser….

Alexia était heureuse, elle avait formulé une phrase magique qui avait rendu à un petit garçon triste, la joie de vivre .

Grâce à l’amour et la compassion qu’elle avait éprouvé devant tant de détresse, le secret qui dormait au fond de son coeur s’est révélé et a fait d’elle une Bonne Fée.

La maison au fond de l’impasse est appelée aujourd’hui « Alexia ou Le Bonheur retrouvé. »

Classement des sites Francophones

31
juil 2008
Posté dans Contes par danidouce à 3:30 | Pas de réponses »

LES TROIS CHATONS DE MADAME BIGOUDI dans Contes qg3ck917

Titi, Tutu, et Toto les trois chatons, s’ennuyaient dans la belle Maison de Madame Bigoudi.

Ils avaient pourtant beaucoup d’espace pour courir, mais chaque journée passée ressemblait étrangement à celle de la veille, ils se disaient forcément, que la prochaine ressemblerait à celle d’aujourd’hui … vous me suivez ? bon, c’est bien !

C’est ce qu’on appelle des journées monotones, il est vrai que Madame Bigoudi ne recevait jamais personne … Risquait pas ! elle avait trop peur que l’on salisse son beau parquet de bois !!!

Les trois chatons ne sortaient jamais, Dame Bigoudi n’aurait pas voulu voir leurs jolies petites pattes de velours emplies de boue.

Ils restaient à jouer dans la grande maison aux jolis rideaux fleuris se demandant souvent si un jour ils pourraient avoir des amis.

Pour se changer les idées, ils aimaient grimper aux rideaux, ils avaient un petit jeu bien à eux : Ils devaient arriver en haut, en évitant une fleur sur deux. Très lestes ils y parvenaient parfaitement …

Ils avaient si souvent joué à ce jeu de « saute fleur » qu’ils s’en étaient lassés.

Ils cherchèrent donc un nouveau jeu. Toto trouva un jeu très rigolo !

Tutu dit-il :  » tu iras te cacher sous le lit, surtout, ne fais pas de bruit !!!!

Titi, tu te cacheras dans le placard à confitures, la porte ne ferme pas tu pourras en sortir facilement.

quant à moi, je me cacherai sous le drap de Madame Bigoudi

nous attendrons qu’elle nous appelle pour manger, et ne nous voyant pas elle nous cherchera … hi hi hi !!!! firent-ils ensemble à la pensée de cette belle farce !

Quand ils entendirent la porte s’ouvrir : ils filèrent très vite dans leur cachette.

Toto !! Tutu !! Titi !!! où êtes-vous donc passés mes minets ?

Répondez-moi, j’ai des bonnes choses pour vous !!!

Les appels de Madame Bigoudi n’eurent pas de réponses,

elle souleva le rideau … Rien pas de chatons.
elle regarda sous la table … Rien pas de chatons
elle regarda sous l’armoire … Rien pas de chatons

Elle se baissa et regarda sous le lit et …. Pfff!!!! les trois chats sortirent ensemble de leur cachette….

Madame Bigoudi fut tellement surprise qu’elle lacha la soupière qu’elle tenait à la main et tomba assise dans la soupe renversée sur le beau parquet de bois au milieu des morceaux de la belle soupière cassée.

Elle fit oh ! puis ah ! regarda autour d’elle et vit le désastre sur son beau parquet.

Les trois chatons furent punis et madame Bigoudi eut bien raison, car en aucun cas des chatons ou des enfants ne doivent faire de telles farces, c’est ce qu’on appelle des mauvaises plaisanteries.

Les trois petits coquins l’ont compris tout de suite.

Avec leur petite langue, ils aidèrent madame Bigoudi à nettoyer le joli parquet, bien sûr, ils ne purent pas recoller la jolie soupière cassée.

Devant tant de regrets manifestés par les trois chatons, Madame Bigoudi, qui était peut-être trop maniaque, mais quand même très gentille, compris qu’avoir un beau parquet c’etait bien, mais avoir trois chatons heureux, c’était mieux.

Dorénavant, ils eurent le droit de sortir dans le jardin, en faisant très attention, les jours de pluie, à ne pas se salir leurs jolies pattes de velours ils voulaient, c’est bien normal, faire plaisir à Madame Bigoudi qui décida de se faire des amies en invitant ses voisines à venir déguster sa tarte aux pommes avec du chocolat chaud.

C’est ainsi que la vie de trois petits chatons changea et que la maison résonnait des rires et des bavardages de madame bigoudi et de ses amies.

Classement des sites Francophones

12

Hip Hop reviews d' Escobar56 |
La musique en rêve |
Joutes Aveyronnaises de Mus... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | amoula vous invite de visit...
| Réflection
| Blog du niveau intermédiaire